Contes,  Fantasy,  Littérature Anglaise

Histoire de la Terre du Milieu : Le Livre des Contes Perdus, première partie

J.R.R. Tolkien – Histoire de la Terre du Milieu – Le Livre des Contes Perdus, première partie – Traduit par Adam Tolkien – Commenté par Christopher Tolkien – Pocket – 2015 – 359 pages

De quoi parle ce livre ?

Voici l’histoire des Temps rêvés par le Premier Etre avant le commencement des Ages, des Temps créés par le Premier Etre à partir de l’Eveil des Dieux et des 37 000 années qui s’ensuivirent.
Un voyageur venu d’Orient navigua jusqu’à l’Ile Solitaire où les Elfes lui contèrent ces contes ; la tradition s’est maintenue jusqu’à nos jours. Comment les Valar chantèrent le monde ; comment s’éveillèrent les Nains, puis les Elfes, puis les Hommes ; comment furent allumés les Lampes, les deux Arbres, les trois Silmarils et finalement le Soleil et la Lune, lumière des Trois Ages ; comment le traître cosmique, Melke – dit Melkor, dit Morgoth -, se rebella, et les liens qui l’enchaînèrent; comment Valinor fut construit par l’action des Valar, puis assombri ; comment s’enfuirent les Noldoli, qu’on appela depuis les Noldor ; toutes ces histoires, et beaucoup d’autres, ont été couchées sur le manuscrit.
Ouvrez-le avec précaution ; soufflez toute la poussière amassée sur les pages; mettez votre jeune doigt sur ces vieilles lettres et lisez.

Ce que j’en ai pensé

Je vais commencer à radoter hein, mais comment le dire autrement, oui j’ai aimé ! C’est Tolkien (mon auteur chouchou, mon auteur doudou, l’auteur qui, quand je vois ses livres dans ma bibliothèque, me rassure et me procure de la joie) et c’est l’histoire de la Terre du Milieu, donc je plonge et je me noie dans ces récits ! Voilà !

Bon maintenant soyons un peu moins fantasque, mode ultra supportrice qui ne souffre aucune critique sur son auteur favori, un peu plus terre à terre sur ce que j’ai réellement ressenti pendant ma lecture ^^

Bien sur j’ai aimé les contes en eux-mêmes, bien que je les ai trouvé plus fouillis, moins fluides que dans le Silmarillion qui est l’un de mes livres préférés. Car en gros les Contes Perdus sont les histoires que l’on retrouve dans le Silmarillion mais avant d’avoir été retravaillées pour les compiler. Et ces contes sont juste une merveille pour toute personne avide de connaître plus en profondeur le monde crée par Tolkien. Depuis sa création jusqu’à la fin du Premier âge (pas dans le premier livre bien entendu), on découvre l’intégralité de ce qui a fait les Terres et les peuples que l’on connaît tous dans le Seigneur des Anneaux. Les Contes Perdus sont une mine d’informations

La forme que cela prend est poétique aussi. Un Marin, Eriol, amarre sur les rives de Tol Eressëa (L’île Solitaire). Accueilli comme il se doit par les Elfes de l’île, il leur demande l’hospitalité. Et c’est ainsi que Lindo et Vairë entament le long récit de l’Histoire de la Terre du Milieu.

Mon conte favori est celui qui explique la création des Ainur, des Elfes, du monde par Iluvatar. C’est très poétique, doux et beau.

Ce qu’il y a de très intéressant aussi dans ces Contes Perdus, ce sont les commentaires fait par Christopher Tolkien. En effet, ceux-ci apportent un éclairage vraiment captivant sur les conditions d’écriture de chaque conte, des anecdotes, des explication sur les noms, ce qui sera modifié ou non, etc. Mais du coup c’est à double tranchant aussi, car lire un conte puis s’arrêter pour lire les commentaires, personnellement ça me coupait dans mon élan… La lecture est devenue beaucoup moins fluide, et j’ai même ressenti le besoin de faire des pauses en lisant d’autres choses… Peut-être que j’aurais du lire les contes et revenir ensuite sur les commentaires à la fin de ma lecture général du livre. Je testerai avec le Second Livre ^^

Un petit reproche mais pas énorme, qui contribue peut-être aussi au manque de fluidité du livre : je n’ai pas trouvé la traduction de Adam Tolkien très jolie. Les phrases étaient peut-être trop alambiquées, parfois pas forcément “grammaticalement” correctes (probablement des coquilles) et du coup c’est dommage car de tels récits devraient être parfaitement traduit, surtout quand c’est le petit fils qui se charge de le faire.

Voilà, que dire de plus ? A part que cela m’a donné envie de replonger dans le Silmarillion, pas grand chose. Lisez ces contes, cela en vaut la peine si vous aimez vraiment le Seigneur des Anneaux.

2 Comments

  • JessEpica

    Pour moi tout les tolkien sont parfait… *grande fan ici présente !*
    Le problème des Tolkien en général est bien la traduction française qui parfois “ecorche” la beauté du texte.
    Tente les Lais du Belirand , je pense que c’est le Tolkien le plus long et le plus dur que j’ai lu et pourtant écrit d’un coté français de l’autre anglais justement parce que certaines phrases sont pratiquement pas traduisible grammaticalement parlant…
    Bon je lis en anglais assez facilement (hobbit et Sda ont été lus en vo ^^ ) et franchement c’est mieux mais bon on est pas tous fans ou assez avertis pour lire en VO.
    Le hobbit est facile en VO mais le Sda plus complexe j’ai pas encore tenté le silmarillion en VO ça devrait être pas mal ^^

    • Syanna

      Je pense qu’un jour je les lirais en version originale, car je pense qu’on ne peut, de toute façon, pas avoir mieux que ça ^^
      Mais oui je vais suivre ton conseil et lire les Lais du Beleriand, dès que j’aurais lu le deuxième tome des Contes Perdus ^^
      Pour ma part comme dit dans mon avis, mon coeur balance entre SdA et Silmarillion. Je suis juste adoratrice de ces deux livres ^^

Leave a Reply to JessEpica Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *