Bandes Dessinées

Légende

De quoi parle ces livres ?


“Si l’enfer existe sur cette terre, c’est bien de là que je viens” soupire un chevalier, épuisé par le combat qu’il vient de mener contre une horde de mercenaires…

Dix-neuf ans plus tôt, duché de Halsbourg. Sur les conseils de Milos Shaggan, conseiller et astrologue, Matthias “Le Sec” renversa son frère, extermina sa famille et prit le pouvoir.

Pourtant, un nouveau-né échappa à ce massacre, grâce à sa nourrice qui, folle de terreur, l’abandonna dans la forêt.

Le nourrisson fut alors recueilli et élevé par un meneur de loups. Depuis, Matthias n’a cessé de multiplier les primes et les expéditions pour retrouver l’enfant…

Ce que j’en ai pensé

Je ne suis pas une grande lectrice de Bande-dessinée, chose que j’essaye de rectifier car c’est un art que j’aimerais mieux maîtriser. Forcément je vais chercher les BD Dans les genres qui me plaisent le plus, donc la Fantasy.

J’ai donc pu découvrir la série Légende d’Yves Swolfs dont on m’avait dit du bien. Et oui c’est vrai que l’histoire m’a plu. Il faut dire que je suis bon public pour tout ce qui concerne les complots politiques qu’on essaye de renverser (heu je précise en fantasy, s’il n’y a pas un minimum de magie ou de créatures imaginaires je pense que ça me lasserait sauf s’il s’agit d’un bon roman historique).

Quoiqu’il en soit, ici on se retrouve face à un chevalier au lourd passif. Sa famille a été exécutée de façon ultra barbare afin de permettre à son oncle de prendre le pouvoir. Lui, nouveau-né, a été sauvé de justesse, et le sorcier qui conseille son oncle n’a de cesse d’essayer de le retrouver pour le mettre à mort afin d’éviter à une prophétie de se réaliser. D’abord caché au fond de la forêt, élevé parmi les loups puis parmi des hors-la-loi. Il apprend la dure réalité de la vie parmi les hommes mais aussi qu’on tient absolument à le tuer.

Alors oui j’ai bien aimé mais je n’ai pas été non plus subjuguée. En fait, j’ai trouvé le héros absolument creux, sans saveur. Il est mou, ne parle pas, lui qui a été élevé parmi les loups aurait pu avoir un côté un peu sauvage mais en fait pas du tout. Il se laisse même martyriser. Et en vieillissant bah il est juste mélancolique. Donc un héros pas très intéressant à mon goût. Mais ma curiosité n’a pas de limite alors j’ai quand même poursuivi ma lecture, car malgré tout le scénario me plaisait. En tout cas jusqu’au tome 6…

En effet, je pense que la série se serait largement contenter de ses 5 premiers tomes. Le sixième tome met en scène une sorte de combat psychologique pour enrayer un traumatisme enfoui au fond du héros. C’est un tome au sujet très dur, mais je n’en ai absolument pas vu l’intérêt. Et j’ai d’ailleurs trouvé que ça détruisait complètement l’atmosphère qui avait été crée autour de certains personnages. Pourquoi ? …

Donc pour conclure, je dirais que l’histoire en général m’a plu, le thème, le déroulement, l’interaction des personnages (avec peut-être une préférence pour l’épouse de Matthias le Sec dans le rôle de la méchante puis émouvante mère et femme désabusée)… En dehors du personnage principal qui lui est plat comme une limande… Quant aux dessins, je les trouvé très jolis et c’était un plaisir de parcourir les planches. Et enfin un tome 6 inutile…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *