Autobiographies / Biographies,  Littérature Française

La Honte

La Honte — Annie Ernaux — Editions Gallimard — Collection Folio — 141 pages — 199

Quelques mots sur l’auteur

Agrégée et professeur de lettres modernes, Annie Ernaux a passé son enfance et sa jeunesse à Yvetot, en Normandie.

Elle est née dans un milieu social plutôt modeste: ses parents étaient d’abord ouvriers, ensuite petits commerçants. Annie Ernaux allait régulièrement à l’école et apprenait bien. Elle a fait ses études à l’université de Rouen.

Elle est successivement devenue institutrice, professeure certifiée puis agrégée de lettres modernes.

Quatrième de Couverture


« J’ai toujours eu envie d’écrire des livres dont il me soit ensuite impossible de parler, qui rendent le regard d’autrui insoutenable. Mais quelle honte pourrait m’apporter l’écriture d’un livre qui soit à la hauteur de ce que j’ai éprouvé dans ma douzième année. »
Annie Ernaux.

Mon Avis

Cela faisait depuis … je pense…. à peu près la sortie de ce livre, qu’il traînait dans ma bibliothèque sans que j’éprouve le besoin de le lire…

Et enfin j’ai décidé de le dépoussiérer et je comprends mieux le pourquoi il était si bien enraciné sur mon étagère… Ce ne fut franchement pas la lecture de ma vie…

Je lis et relis cette phrase d’Annie Ernaux ci-dessus, et j’essaie de comprendre… J’essaie de comprendre quel besoin elle a eu d’écrire ce livre… Déjà comprendre pourquoi avoir l’envie irrésistible d’écrire un livre qui vous colle la honte Oo J’ai du mal à visualiser la démarche positive d’un tel acte, et ensuite, ce livre est loin, selon moi, de rendre insoutenable le regard d’autrui, mais bon chacun voit midi à sa porte…

Quoiqu’il en soit, Annie Ernaux nous confie un “secret” de son enfance nous fait une sorte de confession “honteuse” d’un événement qu’elle a vécu et qui a semble t-il modifié sa vision de ce qu’était son “monde”, sa famille, et son rang social, au point d’en avoir honte… Alors la question que je me pose est plutôt du genre, a t-elle honte d’avoir eu honte ? En gros vous comprendrez que je ne comprends toujours pas…

Alors je ne vais rien vous raconter, évidemment, ce qui va rendre difficile la compréhension de mon avis, mais j’avoue que même avec du recul j’ai du mal à aimer ce que j’ai lu, non pas que ce soit mal écrit, au contraire, ce doit être le seul avantage que j’ai trouvé à ce livre… Je pense que je fais partie de ces gens qui aime tellement leur famille qu’ils auraient honte d’avoir honte d’elle. Vous voyez ce que je veux dire ? J’aime ma famille et jamais je n’irais raconter des choses qui mettrait à mal l’image que les gens pourraient avoir d’elle. Et pour moi c’est exactement ce qu’elle fait.

Je ne reviens pas sur le déclencheur, un acte grave et impardonnable, et je comprends que l’âge qu’elle avait quand c’est arrivé ait marqué sa vision des choses … Maintenant après avoir laissé plusieurs jours entre ma lecture et l’écriture de mon avis, la seule chose que je retiens c’est qu’elle avait honte de ses parents, et je garde en tête les images qu’elle y a mit, et par extension de la classe sociale dans laquelle elle se trouvait, la classe moyenne.

Je me doute que dans la vision d’une gamine de 12 ans, on voit le monde différemment, mais non je n’y arrive pas, ce témoignage me fait mal au cœur. C’est personnel.

J’aimerais que quelqu’un d’autre me donne son avis là dessus et possiblement éclaire ma lanterne. J’ai peut-être mal vu quelque chose, mal compris ou peut-être trop pris les choses à cœur… Quoiqu’il en soit cela ne me donne pas l’envie de lire autre chose de cet auteur et j’irais même plus loin, cela m’a donné l’envie de me débarrasser de ce livre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *